08.05.20

Le financement des théâtres en France

Théâtres indépendants
Photo Le financement des théâtres en France

À chaque fois que l'on se trouve dans un théâtre, aussi bien pour faire une simple visite que pour assister à une représentation, on ne peut pas s'empêcher de se poser la question « qu'est-ce qui finance tout ça ? ». La réponse dépend notamment du type de théâtre dont il s'agit. Voici donc quelques éclaircissements importants à ce sujet.

Le financement des théâtres nationaux

Les établissements se trouvant dans cette catégorie ont pour vocation d'accueillir des représentations du répertoire classique ou moderne, français ou non. On en dénombre 5 en France, dont 4 dans la capitale : La Comédie française, La Théâtre National de Chaillot, le Théâtre de l'Europe (anciennement Théâtre national de l'Odéon) et le Théâtre national de la Colline.

Le seul établissement se trouvant en Province est le Théâtre National de Strasbourg. L'État prend en charge entièrement du financement de ces théâtres. Dans leur ensemble, ces derniers comptent annuellement 0,76 million d'entrées, ce qui est très important au vu de la faiblesse de leur nombre. On peut ainsi dire que l'investissement de l'État est rapidement amorti.

Le financement des centres dramatiques

L'origine des centres dramatiques remonte à la libération de 1945. Ceux-ci sont souvent destinés à pallier l'inexistence de théâtres nationaux en province. Leur mise en place n'est cependant pas possible sans l'initiative étatique. Pourtant l'Etat ne prend en charge qu'une partie de son budget de fonctionnement, les 55% pour être plus précis. Mais qui s'occupe donc des 45% restants ? Ce sont les collectivités territoriales, la région et le département pour l'essentiel. Les établissements de ce type sont au nombre de 38 en France. Dans leur ensemble, ils génèrent annuellement 1 million d'entrées. Le rapport entre nombre d'établissements et nombre d'entrées est donc plus faible par rapport à celui des théâtres nationaux. Par ailleurs, on observe un certain fléchissement des affluences depuis le milieu des années 1990.

Les scènes nationales

À l'opposé des deux types de théâtres précités, les scènes nationales n'ont pas pour seule vocation les reproductions théâtrales. Même si celles-ci restent dans majoritaires dans leur programmation, rien ne les empêche de recevoir des spectacles de danse ou musicaux. Les scènes nationales constituent en effet les successeurs directs des anciennes maisons de culture.

Dans toute la France, on en trouve 72, qui, dans leur ensemble, sont financés à hauteur de 69% par les collectivités territoriales et à hauteur de 31% par l'État. Les scènes nationales françaises comptent par année 2,4 millions d'entrées.

Qu'en est-il des théâtres privés ?

Ces établissements sont à la source des 250 pièces produits annuellement en France. Ce qui représente tout de même 50% des productions. Ils constituent également la catégorie de théâtre qui compte le plus d'entrées en France. Leur nombre d'entrées annuelles est en effet estimé à 6,4 millions pour environ 64 établissements.

À eux s'ajoutent généralement de théâtres entièrement privés qui fonctionnent grâce aux diverses locations ou coréalisations, entre autres. L'État et les collectivités territoriales ne participent aucunement au budget de fonctionnement des théâtres privés. Ceux-ci sont donc entièrement autofinancés.